Equipements et infrastructures vétustes, accès pénibles des populations aux soins de santé de qualité, pénurie d’agents de santé qualifiés. Le cocktail est bouleversant mais n’émeut pas encore les autorités qui résistent à attaquer le mal par la racine. Ci-dessous, trois papiers qui présentent le visage au quotidien du système sanitaire au Bénin.

Par Vadim QUIRIN

Enquête réalisée dans le cadre du projet « Pour des médias plus professionnels » de la Maison des Médias avec l’appui financier de OSIWA.

 

 

Prise en charge des patients: le fardeau du manque d’agents de santé qualifiés

Pendant que l’Organisation mondiale de la santé recommande 25 agents de santé qualifiés pour 10 000 habitants, le ratio au Bénin est de moins de cinq agents pour 10 000 habitants. Les populations, et particulièrement la mère et l’enfant, en font les frais en mourant pour des maux bien surmontables. 

 

Accès des populations aux soins de santé de qualité: 300  kilomètres pour une poche de sang

Pour être transfusées, les populations de Karimama doivent parcourir 300 kilomètres. Soit effectuer plus que la distance, Cotonou-Abomey-Cotonou.

 

Infrastructures et équipements sanitaires: la vétusté menace l’efficacité des soins

Ambulance en mauvais état. Bâtiment dégradé par les intempéries. Hôpital et dispensaire non clôturés. Une légion de maux qui caractérise l’état des équipements et infrastructures du système de soins de santé  au Bénin